• J'ai donné 3 kilos: merci et bon vent!


    J'ai donné 3 kilos: merci et bon vent!
     
     
     
    J'ai mincis. J'ai donné 3 kilos à qui en a besoin. Ça fait des heureux tout ça!
     
    Du coup ça m'a fait plaisir, ce qui m'a fait réfléchir, ce qui m'a donné envie d'écrire. Donc qu'est ce qui a changé depuis juin? FASTOCHE!

    a) je n'habite plus chez mes parents, de là, effet papillon:
         1 - je mange grave moins de viande (j'en ai plus les moyens)
         2 - je mange grave moins de fromage (j'en ai plus les moyens)
        3 - je me pèse quand je retourne chez mes parents, puisque pas de balance (j'en ai plus les moyens), et, CE N'EST PAS SYSTÉMATIQUE!! Hyper-grave-trop fière de moi!
    b) Comme je mange moins de viande, j'ai pris de la distance avec la chrono nutrition. Du coup je fais un mixte avec un autre programme alimentaire.

    Du coup, je me suis posée cette question du programme alimentaire. Vous savez que je suis fâchée avec le mot "régime". Je pense qu'il faudrait la bannir de tout, parce que ce mot est rempli de frustration et la frustration aime l'obésité.
     
    Je crois que le programme alimentaire  est un premier pas, mais que ce n'est qu'un début. C'est un bon début, parce que on y connais quoi, nous, à la nutrition? Toi qui me lit, par exemple, sais tu que:
    a) Le coca light fait secréter de l'insuline, qui fait stocker tout ce que l'on mange?
    b) Sauter un repas fait stocker le suivant?
    c) le chocolat+un fruit à 4 heure permet de réparer nos organes vitaux pendant la nuit?
     
    Un programme alimentaire permet de sortir du triangle infernal. Le triangle: j'ai trop mangé, du coup je réduis les quantité, du coup je suis frustrée, je compense, je culpabilise, je réduis les quantités... Jusqu' à l'infini et au delà.

    Du coup quand le repas correspond à la prescription d'un professionnel de la nutrition, à priori, on se sent bien dans ce que l'on mange, c'est rassurant. Du coup, on sort du triangle. Et c'est un premier pas important.

    Cependant, il me semble que suivre un programme alimentaire, même sans aller jusqu'à tout peser, il y a une forme de contrôle qui s'installe. On suit le programme et on oublie un tout petit point: écouter les sensations de faim et de satiété. Problème?
    a) quand on a faim, il y a un besoin auquel il faut répondre. Jusque là?
    b) quand on mange et qu'on a faim, on élimine ce que l'on a mangé. Puis arrive la sensation de satiété. Si on mange alors que l'on a plus faim, qu'est ce qui se passe? Ballonnement, lourdeur dans l'estomac, puis stockage.

    C'est là mon dernier point. En chrono nutrition, des fois, le menu du midi, c'est vraiment beaucoup trop! Mais dans mon programme avec une approche calorique, des fois c'est pas assez. Du coup je mange selon ma faim. Les programmes c'est bien, mais il est nécéssaire de s'en éloigner pour mieux se re-connecter à ce que nous dit notre corps, ce meilleur pote!

     


  • Commentaires

    1
    XXX
    Vendredi 13 Novembre 2015 à 22:07

    En alimentation, on entend tout et son contraire, des conseils de nutritionnistes qui on chacun leur méthodes, leurs avis, qui parfois sont contradictoires. Profit, profit. On vend des régimes.

    Il faut manger de tout, dont du gras. Certe les acides gras saturés sont à éviter car on sait que le corps ne les digère pas et en fait de vilains bourrelet, mais en hiver le corps stocke pour prévenir du froid. On a plus facilement envie de plat chaud et consistant qu'en été par exemple, mais en contrepartie il élimine plus de calorie en luttant contre le froid.

    Il faut vivre au rythme des saisons, manger de tout, et faire de sport régulièrement. un peu d'exercice c'est la base de tout,avoir une vie saine permet de se faire plaisir de temps en temps sans souffrir des conséquences.

     

    La cuisine faite maison c'est le meilleurs remède, c'est simple, on choisit se qu'on mange, ce qu'on met dans nos plat, et on se rend plus facilement compte des quantités

    2
    Samedi 19 Décembre 2015 à 19:54

    Les conseils des nutritionniste sont très util, car on part de l'éducation alimentaire des parents, qui des fois mangent mal et n'y connaissent rien. Bien souvent ils prennent le temps 'aider sur le plan émotionnel et psychologique, et ça ça vaut de l'or. C'est leur business, leur gagne pain, mais il nous fait du bien.

    Pour le reste je suis d'accord. Mais bon, ici je ne le dit pas, je l'évoque dans mon article l'enfer des régimes: LE COEUR DU PROBLEME EST EMOTIONNEL ET PSYCHOLOGIQUE. Si on ne résout pas ça, on ne résout rien sur le LONG TERME.

    Merci de ton commentaire, à bientôt peut-être.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :